Le compostage des matières issues des toilettes sèches

Devenir un maître du compostage ?

Vous projetez d’acquérir ou fabriquer vos propres toilettes sèches ? Choix pertinent ! Mais que faire des matières issues de vos futures toilettes sèches ?

L’utilisation des toilettes sèches nécessite de composter les matières issues de ces dernières. Ce n’est pas nous qui le disons mais la loi qui le demande !

Rien de bien compliqué, rassurez-vous. On vous explique tout !

Qu’est que le compostage ?

Le mot compost vient du latin “mis ensemble”.

Le compostage est un processus contrôlé de décomposition et de transformation de matières organiques, sous l’action de populations microbiennes diversifiées évoluant en milieu aérobie. Un poil technique cette définition

Faisons plus simple : en stockant vos matières, dans de bonnes conditions, celles-ci vont se dégrader au contact de petits être vivants et de bactéries. Comment ? Tout simplement en nourrissant tout ce petit monde. Mère nature a vraiment pensé à tout.

La matière alors obtenue est appelée compost. En fin de processus, ce compost aura même des propriétés fertilisantes, ce qui est très utile pour le jardinage et vos plantes.

L’objectif de l’utilisation des toilettes sèches est, outre les énormes économies d’eau, de valoriser les déjections humaines. Pour passer de nos toilettes à la terre, nos déjections doivent forcément passer par ce processus de compostage

Point important : Vous pouvez mélanger votre compost de bio-déchets ménagers avec celui des toilettes sèches. Cependant, il faudra impérativement respecter le délai d’hygiénisation recommandé pour le compostage des matières issues des toilettes sèches. Nous y reviendrons par la suite.

Comment composter les matières issues de toilettes sèches ?

Il est important de connaître les bases du compostage si l’on veut obtenir un compost de qualité et supprimer les éventuels pathogènes présents dans les selles.

Comme vous l’aurez compris, le compostage est un processus de transformation naturel. En fait, c’est une affaire de décomposition et de maturation.

Durant le compostage, tout un tas de micro-organismes sont actifs, et ce sont eux qui vont faire le boulot. Pendant cette période, les bactéries sont très actives. Elles mangent et consomment de l’oxygène. Ce sont elles qui permettent une forte montée en température au cœur du compost et une réduction significative du volume du compost par la suite.

L’idée est donc la suivante : stocker, dans un espace dédié, vos matières issues de vos toilettes sèches pour que le processus de compostage commence naturellement. A partir du moment où vous arrêtez de remplir votre espace dédié, vous allez constater que les micro-organismes vont commencer leur travail.

Et ce processus va durer durant tout le temps où vous stockerez votre compost. La nature est bien faite n’est-ce pas ? Elle est tellement bien faite que l’ADEME (Agence De l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie) estime qu’au bout d’un délai de deux ans, le compost est considéré comme hygiénisé (dépourvu de pathogènes). Ces deux années, c’est ce qu’on appelle le délai d’hygiénisation.

Au bout de deux ans, vous avez donc un compost dépourvu de pathogènes et que vous pouvez même appeler fertilisant. Bravo, ce sont vos plantes qui vont être contentes !

Le cycle et les rotations

Afin de respecter facilement le délai d’hygiénisation, il est recommandé de disposer de plusieurs espaces de compostage afin de prévoir chaque espace pour une période donnée. Ainsi, vous pouvez remplir un espace pendant un an et passer à un autre espace au bout d’un an.

L’idée est d’arrêter de remplir un espace au bout d’un an pour laisser débuter le compostage de ce tas-là. Lorsque votre espace compte deux années de compostage (délai d’hygiénisation), vous pouvez sortir votre fertilisant pour le mettre dans vos plantes, votre jardin.

Du coup, en ayant plusieurs espaces, cela vous permettra de créer un cycle. Grâce à ce fonctionnement, vous ne vous retrouverez jamais bloqué, car vous aurez à la fois des espaces dédiés aux matières qui compostent et des espaces libres pour ajouter de nouvelles matières.

Si vous êtes un ménage de 4 personnes, comptez 600 litres environ pour un espace qui sera rempli pendant 1 an. A noter que, pour vous créer ces espaces, vous pouvez très bien acheter 3 composteurs distincts qu’on trouve en grande distribution, par exemple.

Nos conseils pour composter comme un professionnel

  1. N’hésitez pas à enrichir votre compost

N’hésitez pas à ajouter des déchets brun ou vert si vous voyez que votre compost est un peu sec. Le compost de toilettes sèches adore aussi la tonte de gazon, pour sa grande teneur en eau. A l’inverse, si votre compost est trop humide n’hésitez pas à rajouter de la matière sèche : cartons sans imprimé, feuilles mortes, copeaux de bois.

L’objectif est celui-ci : pour que la nature fasse bien son travail, il faut que votre compost ne soit ni trop humide, ni trop sec. Vous devez donc adapter ces ajouts en fonction de là où vous vivez.  Un compost de Bretagne a plus besoin de matières sèches, alors qu’un compost d’Occitanie aura plus besoin d’eau (surtout l’été).

  1. Aérer les matières

Pour que la dégradation soit optimale, il faut savoir que les bactéries ont besoin de beaucoup d’oxygène. Pour ce faire, n’hésitez pas à mélanger les 5-10 premiers centimètres de vos tas à chaque apport de matières. Pendant les deux ans d’hygiénisation n’hésitez pas non plus à retourner votre compost afin de lui donner de l’oxygène.

  1. Créer ses propres composteurs

Il est tout à fait possible de créer ses propres espaces de compostage. Vous pouvez utiliser les matériaux que vous souhaitez, cependant, gardez en tête qu’il est important que ces matériaux ne soient pas traités et ne possèdent pas de produits chimiques. Pourquoi ? Comme expliqué précédemment, les bactéries sont indispensables pour le compostage, il ne faut donc pas les détruire.

Dernière information importante : la réglementation stipule que vos espaces de compostage doivent être étanches à la pluie et aux eaux de ruissellement pour éviter la pollution des sols. Soyez donc vigilant sur ce point.

Articles similaires

Découvrez les autres articles de notre blog 👇

Restez informé

Il suffit de nous donner votre mail 😉